dimanche 1 juin 2014

B comme BONNIN Jean-Baptiste, berrichon décédé à Auberive (51) #challengeAZ

Je continue ce #challengeAZ en vous parlant  de Baptiste décédé loin de chez lui, thème de  ce challenge 2014.

Baptiste, comme il se dénommait dans les cartes postales envoyées à ses parents, était le frère de grand-mère Guiguite, mon arrière grand-mère, que j'ai connu, ou plutôt dont je me rappelle, même si j'avais moins de 10 ans.

Baptiste était son plus jeune frère.

Né le 18 juillet 1895 à La-Celle-Condé, petit village berrichon, jouxtant la ville de Lignières, dans le Cher, il était le fils de Michel Bonnin et Marie-Louise Daoût.
Archives départementales du Cher -La Celle-Condé - 1893-1899 3E 5437




Ma grand-mère m'avait indiqué lors de mes premières recherches généalogiques qu'il était décédé pendant la Première Guerre Mondiale.
J'avais alors découvert son nom inscrit sur le monument aux morts de La Celle-Condé.
En 1994, j'ai écrit au Ministère des Anciens Combattants et victimes de Guerre qui m'a de suite envoyé les renseignements sur les conditions de son décès.

Jean-Baptiste était soldat au 334ème Régiment d'infanterie, avec le matricule 643.
Il est mort pour la France le 9 novembre 1917au sous secteur Golfe près d'Auberline (Marne).

Ces informations sont confirmées par le site Internet Mémoire des Hommes, à ceci près, que son lieu de décès est Aubérive et non Auberline. Il était soldat de 2ème classe.
Site Mémoire des Hommes

Je ne donnerai pas plus d'informations que j'en ai déjà donné lors de mon dernier article sur Baptiste en février dernier (Ma participation à la Grande Collecte). J'ai ainsi pu découvrir qu'il avait été enterré non pas dans son Berry natal mais dans une nécropole nationale.
Collection personnelle - Benoît PETIT
J'ai décidé de réécrire sur Baptiste afin de faire partager les écrits d'une de ses cartes postales adressée à ses parents, et qui montre le quotidien d'un "poilu":
 
« Lundi 6 septembre 1915

Chers parents

Je viens passer un petit moment avec vous pour vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes ainsi que tous les copains. Et je souhaite que ma carte vous trouve de même qu'elle me quitte. En ce moment je suis sans une « sape » en première ligne pendant que les obus sifflent et tombent pas bien loin de nous, mais il faut prendre courage et les laisser tomber, c'est au petit bonheur et la veine qui décide tout cela mais en attendant ce n'est pas bien gai de voir passer sa jeunesse dans des positions comme celles-ci.
Aujourd'hui le temps est un peu rétabli, l'eau ne tombe pas c'est le principal
Cher sœur, la vue que je t'envoie la, c'est la vie de Commercy pendant qu'il y en a qui se font casser la figure les autres chantent et vont au cinema le soir pour se désennuyer c'est pour cela que l'on a pas le temps de trouver le temps long les 8 jours qu'on y passe car on se dirait tous les jours à une fête
il faut le voir pour le croire que les gars de ville ne s'en font pas et ne trouvent pas le temps long eux
j'ai reçu des nouvelles des cousins Les Soumard et du cousin Abel de Montlouis aussi
tout le monde se dit toujours en bonne santé
je vois plus rien à vous dire
Je finis en vous embrassant bien des fois
Votre fils pour la vie
Bonnin Jean-Baptiste »

 

  Extrait Site Mémoire des Hommes - Fiche sépulture

Jean Baptiste BONNIN

Mort pour la France le 09-11-1917 (Auberive-sur-Suippes, 51 - Marne)

Né(e) le/en 18-07-1895 à La Celle-Condé (18 - Cher)

Carrière
Sépulture















4 commentaires:

  1. Belle prestance sur la photo ! Toujours étonnant ce contraste dans le récit, entre la vie au front et les permissions en ville, à croire que la guerre était un jeu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je trouvais ça intéressant et important de signaler son commentaire sur certaines périodes de la guerre. On en parle pas assez.

      Supprimer
  2. Le contenu de cette lettre paraît tellement léger, à quelques phrases près...comme si son rédacteur voulait atténuer ses souffrances et celles de sa famille à qui il écrit...
    Quant à la photo, malgré l'écart de générations, je vous trouve une ressemblance assez frappante...

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens bien ton article. Quel déchirement pour la famille qu'il soit enterré si loin...

    RépondreSupprimer

Tout commentaire est bon à lire :-)
Merci de m'indiquer vos noms ainsi que vos comptes twitter, facebook et blogs associés afin de vous faire connaître.