mardi 3 juin 2014

D comme Dominique SYMIAND, un montagnard devenu lorrain #challengeAZ

Mon ancêtre meusienne, Marguerite SIMEANT, née le 29 janvier 1705 à Fréméréville-sous-les-côtes, village de la plaine de Woëvre, est la fille de Dominique et Lucie CASSETTE (ou CASSOTTE).

Son patronyme varie beaucoup, selon les années et le curé qui officie dans la paroisse:
Simian, Simiand, Sumian, Siméant...
Le plus souvent, ces différences d'orthographes viennent d'une retranscription phonétique variant suivant l'oreille du curé. Cela rejoint d'ailleurs mon article du challenge A à Z de l'année 2013 portant sur l'orthographe du patronyme.

Ses parents, Dominique SIMIAND et Lucie CASSETTE, se sont mariés à Fréméréville quelques années auparavant, le 28 novembre 1702 très exactement.

Archives Départementales de la Meuse - page 44 -  FREMEREVILLE > Baptêmes, Mariages, Sépultures
1685-1759    Cote E dépôt 145 (1 E 1)
 "Lan mil sept cent deux le vingt huitième (---?) de ladite année
après avoir publié cy devant trois bans au prosne de la messe
paroissial (---?) la première lonze le second le dix neuf 
et le troisième le vingt cinq dudt. mois entre dominique symiand
fils de demenge symiand et de Marguerite arnould paroissien
de St Laurent du Cros diocèse de gap ledit par sa legalization receue
a l'ordinaire de Toul
et Lucie Cassotte originaire daulnoy
en pertois dont ... ont ..........aussi audit lieu....
et par attestation de monsr(monseigneur) ... dudit lieu a daté du sept
nbre de laditte année sans qu'il y ay eü opposition ny empechement"...


Archives Départementales de la Meuse - page 44 -  FREMEREVILLE > Baptêmes, Mariages, Sépultures
1685-1759    Cote E dépôt 145 (1 E 1)
"quelconque Je soussigné Jean Thirtion pretre et curé de fréméréville
ay recü leur mutuel consentement et leur ay donné la
benediction nuptial avec les ceremonies ... par la
sainte Eglise en présence de guillaume et honoré Joussoud
cousins germains du dit dominique qui ont signés avec moy
à l.... de son pere et de sa mere......"
Archives Départementales de la Meuse - page 44 -  FREMEREVILLE > Baptêmes, Mariages, Sépultures
1685-1759    Cote E dépôt 145 (1 E 1)
Lors de mes recherches pour cet article, je n'ai pas trouvé trace de la profession exercée par Dominique SYMIAND. Comme pour les articles à venir, je me suis demandé quelle pouvait être la raison de sa venue en Lorraine, à des centaines de kilomètres de Saint Laurent du Cros, paroisse des Alpes?

Ne pouvant disposer de recensements de cette époque, je me suis penché sur les témoins.
En effet, pour un "étranger" de la paroisse, Dominique dispose tout de même de deux cousins germains présents à son mariage.
J'ai alors trouvé, grâce à +Geneanet , et en vérifiant sur le site Internet des archives départementales de la Meuse, des informations sur ses deux cousins.
Guillaume et Honoré JOSSOUD sont tous les deux établis et mariés avec des enfants à Mécrin, proche de Fréméréville.
Là encore, je ne leur ai pas trouvé de profession.
Toujours est-il que leur patronyme semble originaire du département du Rhône.

Je peux alors supposer que Dominique SYMIAND est venu travailler ou rejoindre ses cousins en Lorraine? Pour fuir les famines qui ont sévies entre 1692 et 1694?

L'épouse, Lucie CASSETTE, n'est pas non plus originaire de la plaine de Woëvre, mais d'Aulnois en Perthois, village meusien proche de Bar-Le-Duc.
Grâce aux signatures présentes à la fin de l'acte de mariage, j'ai repéré un Estienne Moriot.
J'ai découvert grâce à Family Search qu'il s'était marié en 1692 à Fréméréville avec Marguerite CASSETTE, qui semble être la soeur de notre mariée.

Nos mariés se seraient sûrement rencontrés à Fréméréville grâce à leur famille respective.

Le prêtre nous indique la paroisse d'origine de Dominique, mais est-ce la réalité?

Eh bien oui! J'ai retrouvé l'acte de baptême de Dominique dans la paroisse de Saint Laurent du Cros en date du 8 janvier 1776, comme suit:
  page 25 Archives en ligne Hautes-Alpes Saint-Laurent-du-Cros Baptêmes, Mariages, Sépultures 3 E 6682 (GG 1)

1674-1678
 "Le huitieme janvier mil six cent septante six
a esté baptise dominique Symiand fils
(naturel?) de dominique et de Mary Arnoul
...à feu anthomie? né le mesme jour ..parrain
Lauran arnou ..baillage de Tollon et...
Martin ...tous de St Lauran du Cros
...les dit aman n'ont ..."

Encore des découvertes à venir?

Merci d'avance pour vos aides en retranscription





11 commentaires:

  1. Bonjour Benoit.
    Voici une aide pour le premier acte :
    vingt huitième novembre (à vérifier avec les actes précédents et suivants)
    savoir le premier…
    dont ses bans ont esté publiés…
    les cérémonies prescrites…
    à l'absence de son père…
    J'espère ne pas m'être trompée, mais cela me semble cohérent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup +Dominique ,) Je vais intégrer ton aide dans mon article qui tiendra du coup encore plus la route. A très bientôt

      Supprimer
  2. Encore une enquête rondement menée !
    J'avoue baver de jalousie devant ces registres du XVIIe siècle qu'il suffit d'aller "farfouiller" en ligne dès qu'une petite intuition surgit dans l'esprit toujours bouillonnant du généalogiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ;) oui il y a tellement de choses a farfouiller qu'on ne sait par où commencer ;)

      Supprimer
  3. Encore un bel article sur tes ancêtres voyageurs.

    RépondreSupprimer
  4. c'est vrai qu'il y a des simian autour de Lyon....

    RépondreSupprimer
  5. Je vois que l'on trouve tout de même des choses sur Family Search, cela me rassure car j'ai beau tenté je n'y arrive pas, donc je dois vraiment m'y prendre comme Sophie les bas bleus. Pourriez-vous m'expliquer comment faites-vous votre recherche pour trouver ces indications ? Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La navigation n'y est pas aisée. En tout cas, on a le choix enre genealogie et documents. Ce site est normalement plus intéressant pour les autres pays, notamment l'Italie

      Supprimer
  6. Sylvie Chapuis24 juillet 2014 10:18

    Pas trouvé de métier ? ni même lors des baptèmes ou mariages de leurs enfants ?
    Car ce type d'histoire ressemble beaucoup à celles des colporteurs alpins au 18e siècle et au delà... En effet, j'ai des ancêtres savoyards qui ont émigré en Alsace à cette époque suite à des années de colportage dans cette région, et je sais que nombreux furent ceux qui poursuivirent vers la Lorraine et au delà. Par ailleurs, ayant étudié l'histoire des Hautes-Alpes, je sais que de nombreux hommes en partaient l'hiver pour gagner un peu d'argent et parce que les ressources étaient insuffisantes pour nourrir toute la famille dans la montagne. Ils partaient alors pour faire des petits métiers comme aiguiseur, ou colporteur, ou encore certains comme maîtres d'école. Ils partaient vers Marseille ou Avignon, mais certains poussaient jusqu'à Lyon, voire plus loin, et il n'est pas impossible qu'on en trouve jusqu'en Lorraine. Des célibataires y trouvaient l'ame soeur et s'installaient dans ces régions, plus riches à leurs yeux que leurs montagnes...

    RépondreSupprimer

Tout commentaire est bon à lire :-)
Merci de m'indiquer vos noms ainsi que vos comptes twitter, facebook et blogs associés afin de vous faire connaître.